الرئيسية جزائر مجتمع مغاربي شرق أوسط افريقي دولي الاقتصاد تكنولوجيا معلوماتية علوم صحة ثقافة رياضة فرنسية
Algerian Reporters:Le parti de Benflis salue la manifestation du 15 mars, appelle au départ de Bouteflika

Le parti de Benflis salue la manifestation du 15 mars, appelle au départ de Bouteflika

Le

Le parti Talaie El Hourriyet d’Ali Benflis a commenté ce samedi dans un communiqué les manifestations du 15 mars, saluant « la décision du peuple algérien qui a rejeté massivement les manœuvres du pouvoir ».

Talaie El Hourriet a en effet salué « la marche du Vendredi 15 mars durant laquelle le peuple algérien a rejeté massivement les manœuvres du pouvoir politique en place visant à sauver le régime et spolier le mouvement populaire de son objectif de changement radical de système politique ».

Selon le parti de Benflis, la lettre du président Bouteflika qu’il qualifie de « manœuvres » a eu « l’effet contraire d’amplifier la contestation et de faire l’unanimité contre le pouvoir politique en place ». Elle a également été « loin de diminuer la mobilisation et de provoquer des divisions au sein du mouvement populaire », estime Talaie El Hourriyet.

« Alors que les algériens insistent sur le changement, le pouvoir politique en place continue à feindre de ne pas comprendre le message populaire et se propose de faire un ravalement de la façade du régime », estime le parti de celui qui a été chef du gouvernement du président Bouteflika entre 2000 et 2003.

« En persistant dans le déni de réalité et en choisissant de défendre avec acharnement la survie du régime chancelant et sa pérennité au détriment de la stabilité et de la sécurité du pays, les tenants du pouvoir portent une lourde responsabilité devant le peuple algérien et devant l’Histoire », affirme Talaie El Hourriyet.

Le parti de Benflis dénie en outre « toute légitimité à la conférence nationale dite indépendante annoncée pour rédiger une nouvelle Constitution », estimant qu’une nouvelle constitution « ne peut être que l’œuvre d’une Assemblée élue, dotée d’un mandat populaire ».

« Le départ immédiat du Président de la République et des forces extra-constitutionnelles, comme le demande le peuple algérien en marche, constitue une exigence pour l’ouverture de perspectives à la solution de la crise », conclut le parti de l’ex-directeur de cabinet du président Bouteflika entre 1999 et 2000.

Lire depuis la source

الاشتراك في الخدمة البريدية اليومية

اخر الاخبار في بريدك الالكتروني كل يوم

إقرأ أيضا