الرئيسية جزائر مجتمع مغاربي شرق أوسط افريقي دولي الاقتصاد تكنولوجيا معلوماتية علوم صحة ثقافة رياضة فرنسية
La transition : des mesures conservatoires à prendre de toute urgenceAlgerian Reporters:La transition : des mesures conservatoires à prendre de toute urgence

La transition : des mesures conservatoires à prendre de toute urgence

La

CONTRIBUTION. La situation financière du pays est sérieuse. La gestion des ressources encore disponibles est inquiétante. Le désastre peut encore être évité si des mesures conservatoires sont prises et s’il y a la mise en œuvre de solutions alternatives à celles qui ont été choisies sur la période récente avec les effets que l’on connaît. Il n’est pas impossible que les chiffres officiels sur l’évolution du taux d’inflation, de la fiscalité non pétrolière,sur l’évolution du PIB et de sa structure, etc.ne cachent une réalité encore plus dure. Les analyses récentes, dont celles de NourMedahi et de H. Haddouchesur votre site viennent à nouveau mettre en exergue la gravité de la situation.

Il est urgent de remplacer l’équipe aux commandes de la gestion économique et financière immédiatement et de ne pas trop attendre. Cela évitera toute fuite en avant et surtout la fuite de capitaux caractéristique des situations révolutionnaires comme celle que vit le pays. Il est en même temps impératif de penser aux solutions alternatives au financement conventionnel.

Pour mieux mesurer l’ampleur du désastre, il convient de rapporter la création de monnaie aux réserves de change actuelles. Compte tenu de la structure de l’économie de l’Algérie et de sa forte dépendance aux hydrocarbures, il est plus pertinent de rapporter les montants injectés dans l’économie aux réserves de change et non au seul PIB. Ce sont plus de 50 milliards de dollars qui se trouvent de fait immobilisés en contrepartie de la création monétaire sur la période récente. Même si le recours à la planche à billets venait à s’arrêter, il est aisé de voir dans quel laps de temps, l’Algérie devra se tourner vers les marchés financiers pour lever des fonds, non pas pour l’investissement mais juste pour maintenir son niveau de consommation et négocier la stabilisation des mouvements de revendication sociale. La situationexige la mise en œuvre de solutions alternatives au financement non conventionnel.

Si des mesures rapides ne sont pas prises, on sera obligé de procéder à une dévaluation importante du Dinar. Il en résultera un double effet. En premier lieu une perte de valeur de l’épargne intérieure . Cela entraînera mécaniquement un renchérissement du coût de l’investissement domestique. En second lieu une réduction du pouvoir d’achat des franges les plus pauvres et les plus exposées de la population, y compris les catégories moyennes composées pour une large partie des salariés du secteur public. Des troubles sociaux seront inévitables et décourageront à leur tour l’investissement, à la fois national et étranger.

Cette perspective appelle à se départir urgemment du souverainisme de façade défendu par le Pouvoir en place et à anticiper ce processus, par une stratégie ciblée d’endettement intérieur et extérieur.

Une piste est à privilégier et une autre est à écarter. La piste à privilégier consiste à recourir au financement concessionnel que les institutions multilatérales de développement mettent à la disposition des pays, notamment pour faire face au problème de déficit budgétaire. Le recours aux prêts en appui aux politiques de réformes macroéconomiques et sectorielles (Policy-basedLoans) est une première piste qu’il convient d’envisager de toute urgence. Celles-ci ne sont pas toujours très contraignantes lorsqu’elles sont engagées en situation de relative aisance financière . Il convient de le faire de suite, avant que la situation ne rende inévitable la mise en œuvre de programmes d’ajustement structurel successifs selon le modèle établi par les institutions de Bretton-Woods et de ses partenaires du développement.

La piste à écarter est celle du recours aux marchés financiers pour des emprunts de court terme. Bien que les taux d’intérêt soient bas, il est à craindre que l’on entre à nouveau dans le cycle qui a conduit le pays à l’impasse et au programme d’ajustement structurel des années 80. De plus, le marché de la dette est aujourd’hui très largement spéculatif et dominé par les fonds vautours dont les comportements et la voracité n’est plus à démontrer .

Durant cette période de transition, des solutions de financement de plus long terme pourront être envisagées et mises sur pied pour appuyer une stratégie de relance et de développement durable. Les premiers pas sur la voie du redressement de la gestion macroéconomique et de la rationalisation de la dépense publique (sans pour autant toucher à certaines subventions), notamment par la fin des surfacturations et de la distribution de prébendes, créeront le climat de confiance nécessaire. Ils permettront d’aborder avec plus de sérénité et de légitimité la question du financement de plus long terme et de ses modalités.

Quelques pistes pourront être explorées avec un succès probable. En premier lieu, la mobilisation de l’épargne intérieure, de celle de la diaspora algérienne et des sympathisants du mouvement social à l’étranger. L’élan créé par le mouvement social peut créer un momentum unique pour l’émission d’obligations d’Etat dédiés à des projets productifs à rentabilité certaine. Des exemples de réussite existent. Ils peuvent inspirer les décideurs en la matière. Celui de l’Inde en particulier dans les années 90 est à méditer. A contrario des exemples d’échec peuvent également être utiles comme ceux du Népal ou de la Grèce . Cette forme de financement pourra intéresser les grands projets d’investissement générateurs de revenus. Il pourrait être porté par les grandes entreprises publiques libérées dans leur gouvernance du carcan bureaucratique actuel. La mise en place de fonds alternatifs d’investissement en partenariat avec des partenaires du développement et des fonds souverains pour financer des projets de développement à vocation exportatrice constitue également un instrument à considérer.

Mais la réussite du recours à ces modes alternatifs de financement suppose comme préalable l’existence d’une relation de confiance entre l’emprunteur et les financeurs potentiels, qu’il s’agisse des parties prenantes domestiques, de la diaspora ou d’autres partenaires.

Avec l’équipe actuelle, compte tenu de la gabegie et des choix erratiques de ces vingt dernières années, cela est impossible. Leur capital de confiance est épuisé depuis longtemps au plan international. Il vient de voler en éclats au plan national.

Dans ce cadre, la première mesure à prendre est de rétablir l’indépendance de la Banque centrale et de procéder au remplacement de sa direction actuelle. Une telle mesure aura un double impact. D’une part éviter tout transfert massif de devises, en période d’incertitude, par des membres du Pouvoir en fin de parcours . D’autre part envoyer un signal fort aux futurs investisseurs étrangers. La seconde mesure consiste à réhabiliter la cour des comptes dans son rôleet à en élargir les compétences. Cela rassurera l’ensemble des parties prenantes à l’investissement, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Seule une équipe de professionnels intègres, totalement indépendante de tous ceux qui sont ou qui ont été aux commandes de l’économie et de la gestion politique du pays ces dernières années pourra mener à bon port une telle action. Ces compétences existent en nombre en Algérie. Elles ont été minorées, marginalisées et poussées vers la sortie par un système qui, depuis au moins 15 ans, ne tolère que la médiocrité parce qu’elle est synonyme de servilité.

C’est pour cela qu’il est urgent que le Pouvoir actuel dans ce qu’il exerce comme contrôle économique et financier cède la place à une équipe chargée de préparer la transition à la mise en œuvre d’une véritable stratégie de développement national durable. Cette équipe devra demeurer largement indépendante des tenants de l’autorité politique.

Le « dégagisme » s’impose tout autant dans la gestion des affaires économiques et financières du pays, qu’au plan politique. Il est tout aussi pressant.Il est déterminant pour l’avenir du pays.


 

*Dr. Naceur Bourenane est Spécialiste du financement du secteur privé et consultant auprès d’institutions financières de développement.

Lire depuis la source

الاشتراك في الخدمة البريدية اليومية

اخر الاخبار في بريدك الالكتروني كل يوم

إقرأ أيضا