الرئيسية جزائر مجتمع مغاربي شرق أوسط افريقي دولي الاقتصاد تكنولوجيا معلوماتية علوم صحة ثقافة رياضة فرنسية
Répression des manifestants : le Commandement de l’armée désavoue la PoliceAlgerian Reporters:Répression des manifestants : le Commandement de l’armée désavoue la Police

Répression des manifestants : le Commandement de l’armée désavoue la Police

Répression

Le Haut commandement de l’Armée nationale populaire (ANP) a clairement désavoué le recours à la répression décidé depuis une semaine par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). L’armée promet désormais de protéger les manifestants.

« Nous avons donné des instructions claires et sans équivoques pour la protection des citoyens, notamment lors des marches », a déclaré le général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée, lors d’une allocution prononcé, ce mardi 16 avril, à Ouargla.

Le chef d’état-major a évoqué « les liens solides de confiance » entre le peuple et l’armée. « La décision de protéger le peuple, avec ses différentes composantes, est une décision irréversible et dont nous ne dévierons point (…) Cependant, nous attendons, en contrepartie, de la part de notre peuple d’éviter le recours à la violence, de préserver les biens publics et privés et d’éviter d’entraver les intérêts des citoyens  », a-t-il ajouté.

Il a précisé que l’armée ne prend aucune décision au désavantage du peuple et de la patrie. « Une armée qui veille à ce qu’aucune goutte de sang algérien ne soit versée, n’en déplaise aux parties hostiles, qui sont dérangées par le caractère pacifique des marches. L’Algérie est entre des mains sûres grâce à des hommes désavoués prêts à défendre leur pays quel qu’en soit le prix », a assuré Gaid Salah. Il a demandé aux Algériens de respecter les symboles de l’État, « à leur tête l’emblème national, en ce qu’il représente comme une symbolique sacrée de l’unité de la nation et du peuple et des sacrifices des générations à travers l’histoire ».

La police mise à l’index

La mise en garde du chef d’état-major de l’ANP semble être adressée clairement à la DGSN qui a eu recours d’une manière excessive à la répression contre les manifestants et aux « parties hostiles » qui tentent d’introduire des « éléments perturbateurs » (l’opposition a parlé de baltaguia, sur les réseaux sociaux des soupçons se tournent vers les milieux délinquants du football) dans les marches pour les dévier vers les actes de violence.

Les forces antiémeute ont été accusées d’avoir jeté des bombes lacrymogènes dans le tunnel des Facultés, un endroit symbolique d’Alger, ce que la DGSN a démenti en évoquant « le professionnalisme des éléments de police ».

Plus choquant encore, la DGSN a déployé vendredi en fin de journée les unités d’élite du GOSP au milieu de manifestants pacifiques. Les images de ce déploiement musclé ont choqué.

La DGSN a également rejeté, sans convaincre, les accusations relatives à la maltraitance subie par quatre militantes de RAJ et du MDS au niveau du commissariat de Baraki, au Sud-Est d’Alger, obligées de se dénuder dans une fouille corporelle poussée, acte qualifié de « dégradant et d’humiliant » par les défenseurs des droits de l’Homme.

Le général Toufik averti par Gaid Salah

Ce mardi 9 avril, la police n’est pas intervenue lors de la marche à Alger et dans d’autres villes. Reste une question : qui a donné ordre à la police de réprimer les manifestations à Alger, à Béchar et d’autres villes ces derniers jours ? Le gouvernement Noureddine Bedoui ? Le chef d’État par intérim Abdelkader Bensalah ? Ou des réseaux occultes liés à l’ancien directeur de l’ex-DRS le général Toufik, accusé ouvertement par le chef d’état-major de l’ANP de  « continuer à s’agiter contre la volonté du peuple et œuvrer à attiser la situation, en approchant des parties suspectes, et inciter à entraver les solutions de sortie de crise ».

Le général Gaid Salah a lancé « un dernier avertissement » au général Toufik pour cesser des actions considérées comme suspectes. « Dans le cas où il persiste dans ses agissements, des mesures légales fermes seront prises à son encontre », a menacé le vice-ministre de la Défense.

Lire depuis la source

الاشتراك في الخدمة البريدية اليومية

اخر الاخبار في بريدك الالكتروني كل يوم

إقرأ أيضا