الرئيسية جزائر مجتمع مغاربي شرق أوسط افريقي دولي الاقتصاد تكنولوجيا معلوماتية علوم صحة ثقافة رياضة فرنسية
Pétrole : risque d’un baril à 30 dollars, le marché au bord de la criseAlgerian Reporters:Pétrole : risque d’un baril à 30 dollars, le marché au bord de la crise

Pétrole : risque d’un baril à 30 dollars, le marché au bord de la crise

Pétrole

Les cours du pétrole pourraient perdre la moitié de leur valeur et dégringoler aux alentours de 30 dollars si la Chine venait à outrepasser les sanctions imposées par les Etats-Unis à l’Iran en achetant du pétrole iranien, ont avancé les analystes de la banque américaine Bank of America Merrill Lynch, cités par le site spécialisé TradingSat.

Le cours du Brent, baril de référence pour le pétrole Sahara Blend algérien, tourne actuellement autour de 58 dollars. Cette situation pourrait néanmoins dramatiquement changer dans l’éventualité où la Chine venait à décider de se procurer du pétrole auprès de l’Iran, actuellement sous le coup de sanctions américaines imposées par l’administration du président Trump, affirme Bank of America.

La Chine pourrait notamment prendre une telle décision en représailles suite à l’annonce par Washington d’imposer de nouveaux droits de douanes de 10% sur quelque 300 milliards de dollars de produits chinois entrant aux Etats-Unis. « Si on maintient nos anticipations d’un baril de brut à 60 dollars en 2020, nous admettons que si la Chine décide de relancer ses achats de pétrole iranien, les cours pourraient partir en vrille », estiment les analystes de la banque américaine, anticipant dans ce cadre une chute comprise entre 20 à dollars par baril.

La décision de racheter du pétrole iranien « saperait la politique étrangère américaine et amortirait les effets négatifs de la hausse des tarifs douaniers américains sur l’économie chinoise », affirme Bank of America Merrill Lynch.

Les prévisions de la banque américaine interviennent dans un contexte particulièrement morose pour le marché pétrolier. L’Agence internationale de l’Energie (AIE) a indiqué ce vendredi que la demande mondiale de pétrole a augmenté sur les cinq premiers mois de l’année à son rythme le plus faible depuis la crise financière de 2008, rapporte le magazine Challenges. L’AIE a également abaissé de 100 000 barils par jour sa prévision de croissance de la demande pour l’ensemble de l’année, à 1,1 million de barils journaliers.

« Le risque de récession économique et une nouvelle aggravation de la guerre commerciale USA-Chine représentent des inquiétudes de premier ordre à court terme. Savoir combien de temps l’Opep+ va vouloir continuer à maîtriser la production ajoute à l’incertitude », a expliqué Bjørnar Tonhaugen, responsable de l’analyse du marché pétrolier chez Rystad Energy, cité par la même source.

Le baril de Brent a cédé 3,8% cette semaine. Il était à 58,54 dollars ce mardi à 10h.

Lire depuis la source

الاشتراك في الخدمة البريدية اليومية

اخر الاخبار في بريدك الالكتروني كل يوم

إقرأ أيضا