الرئيسية جزائر مجتمع مغاربي شرق أوسط افريقي دولي الاقتصاد تكنولوجيا معلوماتية علوم صحة ثقافة رياضة فرنسية
Suppression de la règle 49/51 : les organisations patronales diviséesAlgerian Reporters:Suppression de la règle 49/51 : les organisations patronales divisées

Suppression de la règle 49/51 : les organisations patronales divisées

Suppression

L’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) a exprimé ce jeudi sa « ferme » opposition à la suppression de la règle 49/51 relative à l’investissement étranger.

« Suite à la parution dans un quotidien national daté du 12 septembre concernant la suppression de la règle 49/51, décidée lors de la réunion du gouvernement le 11 septembre, l’Association générale des entrepreneurs algériens s’oppose fermement sur cette annulation », a déclaré l’AGEA dans un communiqué.

L’association patronale explique sa position par « le fait que nos entreprises, à l’image du secteur BTPH, fabricants des matériaux de construction, services et électroniques, sont faibles et non aidés à se développer dans l’environnement actuel ».

L’AGEA demande aux pouvoirs publics d’explorer d’« autres pistes », pour trouver une « autre réglementation bien réfléchie et adéquate », en vue d’« encourager l’entreprise locale d’abord ».

Si l’AGEA est opposée à la suppression de la règle 49/51 pour les « secteurs non stratégiques », le FCE est plutôt favorable à la mesure contenue dans l’avant-projet de Loi de finances 2020, qui a été examiné hier par le gouvernement.

Hier, le président du FCE Sami Agli a recommandé la suppression de la règle 49/51, en proposant de faire son bilan. « Je pense que c’est une loi à abroger, peut-être la garder sur des secteurs stratégiques, et non pas la généraliser », a-t-il proposé dans un entretien à la Chaîne III de la Radio nationale.

Mercredi, le gouvernement a examiné une première mouture de l’avant-projet de Loi de finances 2020 qui prévoit « la levée des restrictions prévues dans le cadre de la règle 49/51% appliquée aux investissements étrangers en Algérie » afin de « renforcer l’attractivité de l’économie nationale ». Cette levée devrait toucher les secteurs « non stratégiques », selon le gouvernement, sans définir ces secteurs.

 

| LIRE AUSSI :

Avant-projet de Loi de finances 2020 : un texte aux forts relents électoralistes

Forte baisse des dépenses et des recettes, 51/49, véhicules d’occasion : ce que prévoit l’avant-projet de Loi de finances 2020

Lire depuis la source

الاشتراك في الخدمة البريدية اليومية

اخر الاخبار في بريدك الالكتروني كل يوم

إقرأ أيضا